Kim2 -1-

Nathalie

Avoir les deux filles à la maison ne m’empêche pas d’avoir quelques aventures d’une nuit ou deux. Les opportunités sont cependant rares car je me focalise sur mes études. Etre la première de ma promotion reste ma priorité absolue. Malgré ma relation avec Amkae et Changbu, je me sens toujours hétérosexuel. Dans l’année, j’ai eu deux aventures d’une nuit avec des hommes, peu concluantes.
Un samedi, les filles me proposent de m’amener dans une soirée gay. Elles me préparent, me maquillent, m’habillent de manière sexy mais sans vulgarité ni excès. Je ne me suis rarement senti aussi belle que ce soir. Je ne suis pas enthousiaste. Elles me garantissent que je vais amuser et qu’elles seront toujours à mes côtés. Les filles aussi sont superbes. Après quelques verres de rosé nous partons en taxi. Je me sens déjà euphorique. Sur place, je suis rapidement à l’aise. Mes deux filles sont dans leur environnement, elles attirent l’attention. Dans la soirée une belle blonde m’aborde. Aussitôt, Amkae et Changbu se rapprochent, prêtes à intervenir. Non, la rencontre me plait. Elle est étudiante en Biologie et s’appelle Nathalie. Elle commence à m’embrasser et à me caresser. Je me laisse faire ne sachant pas si j’ai envie ou non. En fin de soirée, comme elle me propose de venir dans son studio, je lui propose plutôt d’aller chez moi. Elle accepte. Je lui présente Amkae et Changbu expliquant qu’elles vivent avec moi. Elle est surprise, sans plus. D’une part, je lui ai parlé d’une maison, d’autre part, elle a vu les deux filles se trémousser ensemble toute la soirée. Elle nous prend surement pour des colocataires. Arriver à la maison en taxi, Amkae et Changbu nous retirent nos manteaux, nous déchaussent et nous mettent des tongs. Je vois de la surprise chez Nathalie.
Je lui propose de se doucher si elle le souhaite. Comme elle accepte, je fais signe à Amkae de l’accompagner. A son retour, elle est habillée avec un de mes kimonos en soie rouge. En rentrant dans le salon, elle s’arrête et reste sans voix devant la scène. Je suis dans le canapé, un verre de rosé à la main, les jambes sur un repose pied et Changbu me suçant les orteils.
-           Viens ! Amkae s’est bien occupé de toi ?
-           Oui.
 
Elle répond dans un état second sans quitter des yeux Changbu qui continue comme si Nathalie n’existe pas.
 
- Prends-toi un verre de rosé.
 
Une bouteille attend dans un seau à champagne rempli de glaçons. Elle se sert, s’assoit à côté de moi.
 
-           Tu es déjà douchée ?
-           Non j’attends qu’Amkae et toi aient fini.
-           Tu as les pieds sales alors, c’est dégoutant.
 
Je place mon pied droit sur la tête de Changbu pour la décoller de mon pied gauche.
 
- J’ai les pieds sales Changbu?
- Non, Yeowang, ils sont tout propres maintenant.
 
Je relâche sa tête et elle se remit à l’œuvre. Nathalie demande.
 
-           Tu ne t’appelles pas Kim ?
-           Pour toi oui, mais pour mes deux chiennes, je suis Yeowang. Tiens voilà Amkae qui a fini. Nathalie, je peux te laisser avec elle le temps de ma douche ?
-           Oui bien sûr.
-           Tu es mon invité, tu peux tout lui demander.
 
Puis je m’adresse à Amkae.
 
-           Occupes toi bien de notre hôte.
 
Au retour de la douche, je retrouve les deux filles en plein discussion. A mon arrivée, Nathalie m’apostrophe.
 
-           Amkae refuse de parler de votre relation sans ton accord.
-           Attendons Changbu et tu pourras poser toutes les questions que tu veux.
 
Cette dernière n’est pas longue à venir. Nathalie commence en s’adressant à Changbu.
 
-           Pourquoi acceptes-tu de lécher les pieds sales de Kim ?
-           Parce que Yeowang me le demande.
-           Pourquoi vous lui obéissez.
-           Elle est notre maitresse.
-           Vous ne dits jamais non ?
-           Jamais.
-           Amkae refuse de me parler de votre rencontre, maintenant que Kim vous autorise, vous pouvez me raconter.
 
Amkae commence.
 
-           Au départ j’étais l’esclave sexuel de Changbu. Elle était bien connue dans le milieu lesbien pour être une dominatrice impitoyable. Elle avait régulièrement des aventures et je devais être à son service. J’étais juste son jouet. Un jour elle est revenue changée. Elle avait commencé à travailler pour Yeowang. Elle ne s’intéressait plus aux autres filles. Elle a commencé à me prendre avec elle pour venir ici. Je l’aidais à faire le ménage mais surtout j’ai vite compris qu’elle était tombée amoureuse de sa patronne. Je devais la faire jouir pendant qu’elle reniflait les culottes de Yeowang. Ce qu’elle préférait c’était lécher le vibromasseur quand il avait été fraichement utilisé. Un jour Yeowang nous a surpris ensemble. Elle était terrifiante, pleine de sang, armée d’un couteau de boucher et un regard de tueuse. J’ai vu Changbu se soumettre à elle. Ça m’a surpris mais en même temps Yeowang est tellement belle et autoritaire, difficile de lui résister. Moi j’ai juste changé de maitresse. Je suis heureuse de service Yeowang et de répondre à tous ses désirs.
 
Nathalie se tourne vers Changbu.
 
-           Ok, Amkae semble toujours avoir a toujours été une soumise, je peux comprendre. Mais toi, comment passe-t-on de dominatrice a totalement soumise.
-           J’ai eu un coup de foudre pour Yeowang. Elle me semblait totalement inaccessible. Quand elle m’a surprise chez elle, elle était terrifiante, j’ai vraiment eu peur pour ma vie. Quand elle a commencé à me donner des ordres je n’ai pas osé lui résister, d’abord de peur qu’elle ne me tue ensuite de peur qu’elle me renvoie. Comme Amkae, j’aime ma nouvelle vie au service de Yeowang.
-           Vous faites tout ce qu’elle vous demande ?
-           Oui
-           Et moi si je vous demande ?
-           Yeowang nous a demandé bien s’occuper de toi alors oui nous exécuterons tous tes désirs, tant que Yeowang le permettra.
 
Nathalie se retourna vers moi.
 
-           Je peux tout demander ?
-           Essais, tu verras.
-           Faites-moi toutes les deux ce que tu faisais à Kim pendant ma douche.
 
Changbu met ses jambes sur le repose pieds et les deux filles commencèrent à lui sucer les orteils. Je lui demande.
 
-           Alors tu aimes ?
-           Oui c’est agréable.
 
Je me mets devant elle, j’ouvre mon kimono et je place mon sexe sur sa bouche. Elle me donne un très bel orgasme.
 
-           Tu as un coup de langue très agréable. Suis-moi.
 
Nous nous rendons toutes dans ma chambre. Je demande à mes chiennes d’offrir le plus bel orgasme possible à notre invitée. Elles se mettent à la caresser, à poser des bisous partout sur son corps. Leurs quatre mains aux ongles parfaits, volent sur sa peau. Nathalie frissonne de plaisir sous leurs caresses expertes. Elles continuent par de petits coups de langues autour de son sexe et sur ses fesses. Nathalie gémit de plaisir. Je réalise que Changbu et Amkae ne m’ont jamais traitée comme ça. Je ressens une pointe de jalousie. D’un autre côté, Je ne leurs ai jamais donné l’autorisation de me toucher bien au contraire. A partir de maintenant, elles auront toute liberté pour me caresser. Elles mettent Nathalie sur le lit et leurs langues fouillent ses deux puits d’amour. Voulant ma part, je place mon sexe devant la bouche de Nathalie. Elle ne se fait pas prier pour m’honorer. Je sens tous les frissons de plaisir de Nathalie passer dans mon sexe à travers sa langue, divin. Une fois mon orgasme passé, je prends mon vibromasseur pour me pénétrer et j’offre mon anus à la langue de Nathalie. Je sens encore mieux tous ses spasmes quand un orgasme la ravage. Changbu et Amkae font des miracles sur son corps. Un fois mon orgasme anal et vaginal obtenu, je m’allonge.
 
- Nathalie, je suis fatiguée, fais ce que tu veux avec mes deux salopes.
 
Elle se retourna vers les deux métisses.
 
- Vous avez été merveilleuses. C’est à mon tour de vous faire plaisir. Dites-moi comment et je le ferais.
 
Changbu la prend au mot. Elle met Nathalie sur le dos et se met à califourchon sur sa tête pour poser son sexe sur sa bouche.
 
- Bouffe-moi la chatte blondasse.
 
Amkae s’occupe de la poitrine de Changbu. Pendant un long moment, Nathalie doit lécher alternativement la chatte et le cul noir de Changbu, sans rien recevoir en retour. Ensuite je m’assoupis. Quand je rouvre les yeux, Changbu est allongée sur le dos, mon vibromasseur dans la chatte, Amkae lui donnant de grands coups de langue sur un pied, Nathalie lui masse l’autre pied en suçant son gros orteil. Je décide de siffler la fin de partie.
 
-           Les filles, dans votre chambre. Changbu tu donneras à Amkae un orgasme de la manière dont elle le souhaite.
-           Oui Yeowang.
-           Demain matin au retour de mon jogging, je vous veux toutes les deux fraiches pour m’accueillir.
-           Oui Yeowang.
-           Viens contre moi Nathalie.
 
J’attends que les filles partent.
 
-           Nathalie, tu t’es bien amusée ? elles ont répondu à tous tes souhaits ?
 
Je sais bien qu’elle s’est fait avoir.
 
-           Je crois que j’ai rapidement perdu le contrôle de la situation.
-           Et tu as aimé ?
-           J’ai préféré la première partie avec toi.
 
Nous nous enlaçons et embrassons tendrement avant de nous endormir.
Au petit matin, je me réveille tôt pour mon jogging dominical. J’embrasse Nathalie. Elle me rend mon baisé et glisse le long de mon corps, commence à poser des bisous mon sexe et à me lécher. J’ai bien quelques minutes à perdre c’est dimanche. Une fois mon orgasme obtenu je lui dis.
 
-           Je reviens dans deux heures. Tu peux en profiter pour t’amuser avec les filles. Elles ont toujours ordre de se soumettre à tous tes caprices.
 
Je la vois hésiter.
 
-           Tu as peur de Changbu ?
-           Oui, elle m’impressionne.
-           Veux-tu que je t’envoie Amkae.
-           Si cela ne te dérange pas.
 
Je vais dans la chambre des filles et je réveille Amkae du pied.
 
-           Va t’occuper de notre invitée.
 
Changbu a un regard interrogatif.
 
-           Non pas toi elle te craint.
 
Changbu me regarde avec un grand sourire carnassier.
 
-           Elle a raison de me craindre Yeowang. Elle n’est pas la seule qui devrait me craindre.
 
Je range cette petite phrase dans un coin de ma tête et je pars. A mon retour, Nathalie est retournée chez elle en bus. Changbu et Amkae m’attendent impeccablement soignées. Comme d’habitude après un jogging, leurs langues me nettoient les pieds avec dévotions. Leurs langues glissent méticuleusement entre mes orteils.
 
Dans la matinée je questionne Changbu.
 
-           Penses-tu que je devrais te craindre ?
-           Oui Yeowang.
-           Pourquoi ?
-           Je suis plus forte que toi et je sais bien mieux me battre que toi. Même Amkae pourrai te mettre par terre en deux secondes si elle le voulait. Dans notre quartier on apprend à se battre avant de savoir marcher.
 
Je ne réagis pas. L’après-midi je les amène dans une salle de sport de l’université possédant un tatami. Nous mettons toutes les trois un set complet de protection pour sports de contact. Ensuite je leur propose de se battre, les deux contre moi. Elles hésitent. Changbu est la première à porter un coup. Je l’esquive et me moque d’elle. Elles se prennent vite au jeu. Elles ne retiennent plus leurs coups, moi si. Je les envois régulièrement au tapis. Je domine confortablement le combat, alors que je me contente d’utiliser les techniques les plus classiques. De manière coordonnée, Changbu me donne un violent coup au thorax qui me coupe le souffle, Amkae m’assène un puissant uppercut à la tête. Je tombe à terre, le souffle court, perdant conscience un instant. Les deux filles se précipitent vers moi.
 
-           Ça va Yeowang ?
-           Répond-nous Yeowang.
-           …
 
Derrière leurs voix, mon grand-père et mon père me disent
 
-           Seuls les morts restent à terre.
-           Debout Kim, fini le combat.
-           Vaincre ou périr.
 
Je me relève. A la reprise j’utilise immédiatement certains mouvements secrets de mon grand-père pour les mettre toutes les deux à terre. Elles sont KO moins d’une minute après. Le combat s’arrête. De retour à la maison, devant un grand hématome bleu sur mon thorax, les filles s’inquiètent et insistent pour que je me fasse soigner. Elles aussi, ont plusieurs marques sombres sur l’ensemble du corps. Elles se déplacent douloureusement. Nous prenons une douche et nous nous allongeons sur le lit. Une fois au repos Changbu commence.
 
-           Yeowang, je me suis trompée ce matin, vous n’avez pas à nous craindre. C’est plutôt le contraire même.
 
Amkae continue.
 
-           Yeowang vous être vraiment dangereuse. Qui vous a appris à vous battre ?
 
Je ne dis rien et nous restons sans bouger sur le lit jusqu’au lendemain matin. Pendant plusieurs jours c’est service minimum pour toutes, le temps que les corps se réparent.

Auteur:Didier

logo