Kim2 -3-

Mère

Cela fait un an que mes deux filles sont à mon service. Elles viennent avec une étrange requête. Elles me présentent deux petites vidéos. La première montre une fille possédant une langue très longue et agile. Dans la deuxième, une fille, type gothique, exhibe une langue bifide dont les deux parties se meuvent indépendamment avec une certaine élégance
 < /br> -           Yeowang, nous souhaiterions avoir une langue plus longue et comme un serpent
 < /br> Je dois admettre que la vue de ces langues et imaginer leur utilisation me donne des frissons dans le bas du ventre. Néanmoins je leurs demande
 < /br> -           Pourquoi voulez-vous modifier vos langues comme ça ?< /br> -           On sait que vous voulez toujours le sexe d’un homme. Alors c’est pour remplacer une queue mais en mieux encore
-           Les filles, vous ne devez pas le faire pour moi. Rien ne dit que je vais vous garder
-           Nous y avons pensé. Avec vous ou avec d’autres filles nous en aurons toujours l’utilité
-           Qu’attendez-vous de moi ? Pour une langue bifide, il faut s’adresser à un chirurgien. Pour avec une langue plus longue, je ne sais pas
-           Justement nous y avons pensé Yeowang. Comme la langue est un muscle nous pourrions faire comme les femmes girafes. Pourriez-vous nous aider à y parvenir
-           Je vais y réfléchir
 < /br> J’étudie la question d’un point de vue médical. Je consulte les rapports de chirurgie esthétique coréens. Des filles se font même allonger les jambes. Je mets en place un protocole pour l’allongement de la langue. Il s’agit d’un double piercing sur le bout de la langue et d’un système mécanique en titane prenant appui sur le pourtour de la bouche et utilisant les deux piercings pour s’accrocher à la langue. Un système de vis permet d’étirer la langue. Il faut le porter plusieurs heures par jours. Ce dispositif est associé à des exercices de musculation et d’assouplissement de la langue. Je commande un prototype dans mon pays. C’est Amkae qui fait les premiers essais. Après quelques améliorations de l’appareillage et ajustement du protocole, les résultats sont impressionnants. Un des grands changements est un ajout au protocole de musculation
Tous les soirs, l’une après l’autre, elles s’allongent sur le dos. Je place mon cul sur leur bouche. Elles me sodomisent avec la langue. Quand je sens les piercings en moi, je rétracte mon sphincter. Elles doivent alors se libérer, uniquement par la seule force de leur langue. Si elles réussissent, je deviens leur esclave pour une nuit. Malgré leurs efforts insensés, elles ne réussissent jamais. Je les libère au bout d’un quart d’heure. Sentir leurs langues se débattent en moi me fait jouir régulièrement. Ma chatte apprécie de plus en plus cet allongement. Au bout de quelques mois, les deux langues atteignent une taille impressionnante et remplacent avantageusement certains petits pénis que j’ai eu à subir dans le passé
Rendre leurs langues bifides est assez rapide. Elles choisissent de la séparer sur l’ensemble de la longueur. Avec la technique de cautérisation plutôt que de points de suture, les parties coupées restèrent droites. Une fois les deux parties l’une contre l’autre, la langue semble presque normale. La cicatrisation finie elles me font apprécier leurs nouvelles performances. C’est divin. Pour gagner en agilité, je place une perle de culture dans mon vagin et elles doivent s’en saisir avec leurs langues. Pour augmenter mon plaisir, les filles font leurs exercices ensemble. L’une devant pour récupérer la perle, l’autre derrière pour la musculation. Avec leurs mains expertes parcourant mon corps c’est orgasme assuré
Au départ, j’étais réticente à cette transformation. Aujourd’hui je suis ravie d’en apprécier les avantages. J’embrasse même les filles pour sentir leurs langues dans ma bouche. Ça rappelle le Sannakji. J’y prends goût. Ce faisant, Je prends conscience de ma bisexualité
 < /br> Les vacances approchent et ma mère vient me rendre visite. Mon père étant toujours occupé par ses affaires, elle arrive seule pour deux semaines. C’est un vrai casse-tête pour moi. Demander à Changbu et Amkae de partir le temps de sa visite ? Leurs demander de jouer les colocataires distantes ? Ne rien cacher à ma mère ? Paradoxalement, la réponse vient de mon père. Durant ma jeunesse, il m’expliquait que si j’ai honte d’un aspect de ma personne ou de ma vie alors je dois me remettre en question. Cela veut dire que je ne suis pas en accord avec mes valeurs
Je vais chercher ma mère à l’aéroport Nantes Atlantique. Nous ne nous sommes pas vu depuis plus de deux ans. En l’apercevant, je réalise combien elle est encore belle, élégante avec sa silhouette élancée. Ses formes sont féminines et harmonieuses. Son visage garde des trais fins. Elle ne fait décidément pas son âge. Elle est habillée d’un tailleur de grand couturier mettant en valeur ses longues jambes. Sa peau claire est impeccable avec grain très fin. Je vois les hommes et mêmes les femmes se retourner à son passage. Il se dégage d’elle, une grande assurance et beaucoup de séduction et de sensualité. Je l’accueille avec bonheur. Dans le taxi, après les questions sur son voyage, je décide de lui parler rapidement de Changbu et Amkae
 < /br> -           Mère, je dois vous informer que je vis avec deux filles,< /br> -           En collocation ? pour partager les frais ?< /br> -           Non je n’ai pas de problèmes financiers. Père me donne assez d’argent. Ce sont deux métisses qui sont à mon service
-           Tu as besoins de deux femmes de ménage pour toi toute seul ?< /br> -           Ce sont mes esclaves. Elles me servent pour tout : ménage, cuisine, soins esthétiques, coiffure, massage et plus si je le demande
-           Explique moi ce « et plus si je le demande » s’il te plait
-           Ce sont deux lesbiennes soumises qui exécutent mes moindres désires sans rien attendre de ma part. Vous pourrez en profiter tout en plaçant les limites où vous le désirez. < /br> -           Nous verrons
-           Si la situation vous dérange, elles partiront. Je ne veux rien faire qui puisse vous mettre mal à l’aise et surtout créer des problèmes entre père et vous
-           Kim, je te remercie pour ta franchise et ta sollicitude, mais ne t’inquiète pas pour nous. Sache que J’ai toujours été bisexuel. Ton père et moi avons passé un accord. Je n’ai qu’un homme dans ma vie : lui, mais autant de femmes que je veux, et j’ai eu de nombreuses amantes
-           Une dernière information, elles s’appellent Amkae et Changbu
-           Salope et putain ? C’est leurs vrais noms ?< /br> -           Non c’est leurs nouveaux noms
 < /br> La conversation continue sur d’autres sujets. Comme elle ne parle que coréen et anglais je fais office de traductrice
Les filles nous attendent devant la maison, habillées d’un manteau couvrant leur uniforme de soubrette. Nous avons passé de longues heures à préparer la venue de ma mère. Elles ont instruction de me laisser prendre les initiatives pour les premières heures au moins. A notre arrivée, elles saluent ma mère à la méthode traditionnelle coréenne, puis se chargent des valises. J’installe ma mère dans le canapé. Une fois les valises posées dans la chambre, les filles reviennent sans leurs manteaux et attendent devant nous, tête baissée, mains jointes sur le ventre
 < /br> -              Elles sont jolies à croquer tes esclaves
 < /br> Venant de ma mère, cette remarque est de bon augure
 < /br> -           Merci mère, désirez-vous boire un thé ? Il y a du champagne au frais en votre honneur, ou autre chose ?< /br> -           Un thé pour commencer, gardons le champagne pour ce soir
 < /br> Ne comprenant pas le coréen je demande aux filles de nous apporter le thé. Elles le servent à la manière traditionnelle coréenne, puis se mettent en position seïza
 < /br> -           C’est toi qui leurs a appris à servir le thé ?< /br> -           Oui mère
-           Très bonne éducation
 < /br> J’attends quelques minutes et fais signe aux filles de venir la déchausser. Ma mère se laisse faire en continuant de discuter avec moi. Un nouveau signe et les filles lui massent ses pieds. Encore une fois, elle se laisse faire sans réagir. Comme convenu, après dix minutes, elles y déposent un baiser. Pour le coup ma mère réagit
 < /br> -           Kim, j’ai l’impression que des lèvres se sont perdues sur mes pieds. J’ai peur qu’avec les 30 heures de voyages ils ne soient pas aussi frais qu’une fleur de magnolia
-           Je comprends. Laissez-vous faire, nous allons lever cette réserve concernant la propreté de vos pieds
 < /br> Effectivement, je les sens de ma place. Je m’adresse aux filles en français. Suivant ma recommandation, ma mère ne réagit pas, mais me fait part de sa surprise
 < /br> -           Kim, des langues dansent sur mes pieds maintenant
-           Bien sûr mère, de cette manière vous aurez les pieds tous propres. Quand vous voulez qu’elles s’arrêtent, vous les repoussez
 < /br> Nous avons continué à discuter de la famille des nouvelles du pays pendant plus d’une heure
 < /br> -           Kim, elles ne s’arrêtent jamais ?< /br> -           Elles ont l’autorisation de s’arrêter si c’est trop pour elles, mais habituellement elles attentent mes instructions. Maintenant vos pieds doivent être propres
 < /br> Elle me montre sa plante de ses pieds qui est ridée pareil au sortir d’un long bain bien chaud. Nous rions toutes les deux
 < /br> -           j’ai l’impression que leurs langues sont vraiment bizarres
-           Vous n’aimez pas ?< /br> -           Si au contraire c’est très agréable. Je comprends que tu les gardes à ton service. Je te confirme que leurs langues ne sont pas normales
 < /br> Je demande aux filles de montrer leurs langues, d’abord en un morceau, en les sortants doucement de la bouche de profil, puis de se mettre de face pour les séparer et enfin de monter leurs dextérités par un combat de langues bien visible. Ma mère regarde ce spectacle comme hypnotisée, la bouche béante, ses yeux s’ouvrant autant qu’ils le peuvent
 < /br> -           C’est incroyable Kim
-           Oui mère, et elles font des choses incroyables avec
-           Je te crois
 < /br> Mère et moi avions été plusieurs fois dans des instituts de beauté, dans de luxueux SPA où nous étions nues pour des épilations ou des massages. La nudité entre personnes du même sexe est naturelle en Corée. A contrario, chose extraordinaire pour notre pays, nous avons pris l’habitude de discuter sans tabou de nos corps de nos désirs, et même de sexe. J’ose lui faire une proposition
 < /br> -              Mère, désirez-vous que l’une d’entre elle vous fasse profiter de ses talents d’une manière plus intime
 < /br> Ma mère rougit, hésite, réfléchit puis finalement me dit
 < /br> -           Kim, j’en meure d’envie, mais je suis en fin de cycle
-           Ne vous inquiétez pas, comme pour vos pieds sales, elle va régler ce petit problème. Je lui donnerais sa récompense plus tard
-           Quelle récompense ?< /br> -           Leur seul plaisir régulier est de me servir. Tous les autres plaisirs sont sous mon contrôle absolu. En général, je permets un orgasme par semaine, et je choisis comment. Quand je suis dans mon cycle, elles continuent à me servir. En contrepartie elles peuvent jouir une fois par jour, voire plus. Mes menstruations sont devenues pour elles la garantie de plaisir. Elles m’ont avouée attendre cette période avec impatience
-           Tu crois que ce n’est pas un problème ?< /br> -           Non bien sûr, au contraire, celle qui vous servira sera comblée
-           Tu me dis ça mais je préfère vérifier par moi-même
-           Faites selon votre désir
-           Je vais contrôler son état d’excitation avant et après son service
 < /br> Je demande à Amkae de présenter son sexe à ma mère. Elle glissa un doigt dans la fente offerte
 < /br> -           Elle mouille déjà comme une salope
-           Oui mère, elle mérite bien son nom
 < /br> Je prends la main de ma mère pour la tendre à Amkae qui lui suça le doigt
 < /br> -           Voulez-vous lui faire plaisir pendant son service ?< /br> -           Dis toujours
-           Placez juste votre pied entre ses cuisses
-           Bien essayons
 < /br> Délicatement Amkae et Changbu nous débarrassent de nos culottes et relèvent nos jupes. Une fois assise, Amkae glissa sa tête entre les cuisses de ma mère et Changbu entre les miennes
 < /br> -           Kim, c’est incroyable ce qu’elle fait
 < /br> Elle commence à haleter et son premier orgasme n’est pas long à venir. Amkae frotte son sexe sur le pied offert de ma mère
 < /br> -           Tu as raison Kim, j’ai le pied trempé
-           Voulez-vous aider Amkae à faire ses exercices ?< /br> -           Comment ?< /br> -           Voici une perle. Vous allez la glisser en vous. Amkae va la chercher uniquement avec sa langue
 < /br> Ma mère s’exécute. Quelques minutes plus tard, Amkae sort la tête. Elle tend sa langue sur toute la longue avec la perle coincée au bout. Ma mère s’en saisit et la replace en elle
 < /br> -           C’est la première fois que je joue à « va chercher la perle »
 < /br> Alors qu’Amkae présente la perle pour la énième fois, ma mère fait signe de la main qu’elle souhaite s’arrêter. Amkae nettoie avec sa langue le pied trempé de ma mère
 < /br> -           Alors mère ?< /br> -           Extraordinaire, j’ai rarement eu autant de plaisir de ma vie. C’est une artiste. Tu as raison, elle s’est laisser aller à plusieurs orgasmes sur mon pied. Si tu es d’accord, je te prendrais une fille pour la nuit
-           Les deux même si vous le voulez
 < /br> Je demande à Amkae
 < /br> -           As-tu aimé servir ma mère ?< /br> -           Oui Yeowang, autant que j’aime vous servir. Votre mère est une très belle femme. Son sexe a très bon goût. C’est un bonheur de la servir. Je recommence dès que vous ou votre mère m’en donnez l’ordre
 < /br> Une fois que Changbu a fini de me faire jouir, je les libère pour préparer le déjeuner
 < /br> -           Kim, y a-t-il des limites à ce que je peux leur demander ?< /br> -           Surement, mais je ne les pas encore atteintes
 < /br> Après le repas ma mère fait une sieste. A son réveil, les filles s’occupent d’elle pendant que j’étudie. Elle a droit à une séance de soins complète: épilation, gommage, manucure, pédicure, coupe de cheveux, maquillage, suivit d’un massage à quatre mains. J’ai été très clair avec les filles. Elles doivent avoir une attitude irréprochable avec ma mère, répondre favorablement à toutes ses demandes et rendre son séjour le plus agréable possible. En cas d’erreur, ce ne sera pas la baguette de bambou, mais la porte
Le soir les filles nous servent le champagne dans le salon
 < /br> -           Désirez-vous un repose pieds chauffant ?< /br> -           Que vas-tu me proposer ?< /br>  < /br> Changbu se met nue, s’allongea au sol et met les pieds de ma mère sur sa généreuse poitrine. Amkae attend debout de remplir nos verres
 < /br> -           Très confortable. Tu remercieras tes filles pour leurs soins de cet après-midi. Très belle prestation
 < /br> Je passe le message. Les deux me répondent
 < /br> -           Merci Yeowang
 < /br> Elles sont touchées par le compliment
 < /br> -           Princesse ? C’est ton nom maintenant. Me demande ma mère
-           Pour elles oui
 < /br> Le soir je mets mes deux filles à disposition de ma mère en lui expliquant les exercices journaliers auquel elles sont astreintes. Le lendemain matin, je vois à ses yeux, que son temps de sommeil fut court. Pour la première fois depuis bien longtemps, je prépare le petit déjeuner pour tout le monde. Tant mieux, cela indique que ma mère accepte mon mode de vie et même l’apprécie. Dans la matinée je lui présente l’organisation du tour de France que je lui prépare
 < /br> -           Kim, ta proposition est parfaite, j’ai hâte de visiter ce pays
-           Merci. S’il y a quelque chose que vous souhaitez modifier dites le moi. Tout est possible
-           Que feras tu de Amkae et Changbu ?< /br> -           Elles seront libres pour la période
-           Si tu es d’accord, nous pourrions partir toutes les quatre ensembles. Concernant les hôtels je te propose de monter en gamme. J’ai quelques noms d’établissements à te suggérer. Surtout ne t’inquiète pas. Je prends en charge toutes les dépenses du voyage
-           Je serais ravie de prendre les filles avec nous, mais je ne veux surtout pas vous les imposer
-           Tu les as très bien dressées. Leur compagnie m’est agréable. Comme nous parlons coréen je me sens totalement libre de discuter avec toi-même face à elles
 < /br> Pour les hôtels, je connais ses goûts de luxe. Par contre l’idée de prendre les filles me surprend beaucoup plus. Pourquoi pas. Je vais dans la cuisines où elles s’activent pour le repas et je leur fais part cette proposition
 < /br> -           Amkae, Changbu, ma mère m’a complimenté pour la qualité de votre dressage et de vos prestations. Elle vous propose de vous joindre à nous pour notre tour de France. Sentez-vous totalement libre de dire oui ou non
-           Et vous Yeowang, voulez-vous de nous ?< /br> -           Oui, sinon je ne serais pas devant vous maintenant
 < /br> Leur réaction est enthousiaste
 < /br> -           Yeowang, se serait formidable de voyager avec vous. Votre mère est fabuleuse et dix jours loin de vous c’est trop long. En plus, ce sera la première fois que nous ferons un vrai voyage pour visiter la France
-           Très bien alors vous venez avec nous. Je vous montrerai le parcours cette après-midi
 < /br> Je passe la fin de matinée avec ma mère pour réserver les hôtels. Après le café, nous présentons le programme aux filles. Elles réagissent comme des enfants déballant leurs cadeaux de noël pour la première fois de leur vie. Changbu me demande
 < /br> -           Yeowang, comment vous remercier
-           Que pourriez-vous faire pour moi que vous ne faites déjà ? Continuer juste d’avoir une attitude irréprochable pour ma mère
 < /br> Ma mère rit de leur enthousiasme qui devient contagieux. Je ne sais pas comment réagir devant ce débordement émotionnel. Je cherche deux perles, j’en tends une à ma mère qui la prend avec un grand sourire. Mère et moi prenons le temps de bien discuter tandis que nos chiennes nous rapportent régulièrement la perle perdue. Leur bonheur de partir avec nous se ressent dans leurs coups de langue. C’est une après-midi cocooning des plus délicieuses et forte humide

Auteur:Didier

logo